Celine Presle - Chanteuse jazz gospel chanson
Articles de Presse











Un Hot Club qui a fait le plein avec "Caranouche", une formation originale axée sur le swing manouche et des chansons en français (et un peu en anglais) sous la conduite de la chanteuse Céline Presle qui sait très bien chauffer une salle.
Elle est accompagnée par un quartet de choc avec à la contrebasse Estelle Amselem, aux guitares Marc Chirinian et Didier Fourneau qu'on a eu plaisir à revoir et Joël Clément au piano.
C'était la première fois que Caranouche jouait avec cette formation avec deux guitares.
Le répertoire mélange des créations et des reprises surprenantes comme You know I'm no good d'Amy Winehouse, Sweet dreams d'Eurythmics (ça ne nous rajeunit pas). Ça a plu au public et aux musiciens, ça devrait donc le refaire. 

Pascal Derathé & photo Jazz-Rhone-Alpes.com 


Jazz manouche, Caranouche
 













le 17/02/2012 à 06:00 LE DAUPHINE LIBERE
 
chanteuse jazz et pianiste jazz
 
Après quatre jours d’animation, dix concerts dans les restaurants partenaires, avec une préférence pour le chant et le piano, le duo de charme scintillant “Glitter Queen” joue, ce soir, à 18 h 30 et à 20 h 30 au restaurant la Mollinière de Notre-Dame-de-Bellecombe.
Du Chicago blues épuré, “Glitter Queen” entonne le blues des années 1970, expressionniste lorsque la voix devient un instrument de musique et le piano un art instrumental.
Les “Glitter Quenn” abordent le jazz et le blues par la porte de l’intimité grâce au piano feutré de Mathieu Burgard et la voix douce de Céline Presle. Puis le swing l’emporte sans éconduire le groupe quand la puissance vocale s’échappe rappelant le souvenir d’une Aretha Franklin ou d’Ella Fitzgerald aidé d’un piano rythmique et soliste dont la vélocité n’échappe pas au néophyte comme au musicien, capable d’adapter des morceaux de grands guitaristes de blues.
04 79 31 61 40.
 
CREST-VOLAND/COHENNOZ Le duo The Glitter Queen entre jazz et gospel
Céline Presle et Matthieu Burgard, le duo The Glitter Queen ont présenté un beau spectacle, lundi, à Crest-Voland.
 
Le duo se présentera à nouveau lundi 20, mardi 21 et jeudi 23 février, de 18 heures à 20 h 30 dans les restaurants partenaires du “Parcours jazz” à Crest-Voland et Notre-Dame-de-Bellecombe.
 
Publié le 12/02/2012 à 06:00 LE PROGRES
 
 
Tout à fait par hasard à l’âge de vingt ans. J’avais été voir des musiciens en studio qui m’ont donné l’occasion de tester ma voix. J’ai pris un micro et j’ai improvisé. Finalement je suis arrivée à me greffer sur leur musique qui était du blues. A la fin de la prestation ils m’ont vivement encouragée. J’ai ensuite répondu à une petite annonce qui était affichée. Un groupe cherchait une chanteuse, j’ai été engagée. Six mois après j’ai fait mon premier festival de blues à Saint-Chamond.
J’aime l’ambiance des festivals. C’est vrai qu’après Saint-Chamond, j’ai eu l’occasion de chanter à Soulac, à la chapelle de Mardore, au Festirock Ternay en 2010, à Jazz en bouche 2011 à Notre-Dame de Bellecombe.
Je peux interpréter beaucoup de styles de musique mais j’affectionne tout particulièrement le jazz, le gospel, la soul et la chanson française. Enfant, j’avais commencé par la musique classique et le piano puis j’ai changé de cap radicalement pour chanter du rock, du blues, ensuite j’ai évolué vers la soul, le jazz, la bossa-nova, la chanson française. J’interprète aussi de la variété.
De plus en plus car j’ai beaucoup de choses à dire. Par le chant, j’essaie de communiquer aux autres ma bonne humeur, je les aide à évacuer le stress. Mais le chant, c’est aussi l’occasion d’exprimer des révoltes, des injustices comme celles dont sont parfois victimes les enfants.
Une vraie passion. J’ai un besoin vital de chanter. Je dis souvent que je me soigne par le chant. C’est comme un art-thérapie.
J’ai effectivement fait un BTS communication après un bac littéraire. Mais je ne reviendrai pas à la communication.
J’encourage les jeunes, Élodie Moran par exemple. Je leur dis qu’il ne faut pas se décourager, qu’il faut aller de l’avant car vivre de sa passion n’a pas de prix.
 
Publié le 24/10/2011 à 06:00 LE PROGRES
chanteuse jazz, Céline Presle
La Maison des jeunes et de la culture a organisé vendredi soir un café-concert à l’auberge des sports, avec Céline Presle et son pianiste Matthieu Burgard. Une révélation pour celles et ceux qui ne connaissaient pas cette chanteuse ternaysarde à la voix exceptionnelle. Avec des chansons revisitées de Gainsbourg, Brel, Piaf, Barbara et Nougaro, Céline Presle a fait chavirer le public de l’auberge qui a ensuite persuadé l’artiste de jouer les prolongations.
 
 
Publié le 16/10/2011 à 06:00 LE PROGRES (Bourg en Bresse)
musiciens jazz, chanteuse jazz vocal
Céline Presle accompagnait le « Michel Samoïlikoff trio », vendredi soir, au jazz club.Les trois musiciens avaient déjà été appréciés, à la Ferme à jazz, début 2010. Mais la voix magnifique de la chanteuse apportait cette fois-ci une dimension plus chaleureuse, tout en étoffant le groupe.Après « Caravan », de Duke Ellington, et un solo de contrebasse remarqué, par Alain Polloni, « La chanson d’Orphée » a elle aussi été très applaudie.Des spectateurs de tous âges remplissaient la salle du jazz club burgien. Des sambas, des reprises de Nougaro et quelques belles chansons d’amour, le groupe interprétait un répertoire d’une grande diversité.Le doigté pianistique de Michel Samoïlikoff et la frappe aux baguettes du batteur Charles Clayette donnaient également un bel aperçu de ce qu’est un bon jazz, varié et bien rodé.